foto1
C
foto1
Assemblée générale
foto1
Travail de Groupe
foto1
Le groupe
foto1
Actions

Recherche

Evènements 2017

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

      L’EdC est un courant économique lancé en 1991 par Chiara Lubich à Sao Paulo, Brésil dans un contexte d’inégalités sous le contraste entre les gratte-ciels et les favelas des grandes métropoles, s’inscrivant  dans la lignée de la Doctrine sociale de l’église Catholique et proche du courant de l’économie sociale et solidaire  qui offre un style de vie mettant en œuvre le don dans les relations économiques, et valorisant des principes tels que la gratuité et les relations non instrumentales dans le marché. Bien évidement l’économie de marché privilégiant son implantation.

     L’EdC est un mouvement d’entrepreneurs,  travailleurs, étudiants, chercheurs,  associations, parcs économique, et projets commerciaux unis par une vision du monde et de l'économie orientée vers le bien commun et l’intégral développement de la personne et la société.

     Le Dr Chiara Lubich, a proposé une idée révolutionnaire consistant à placer la «culture du don» au cœur de la racine économique, de l'action économique, donnant naissance à des sociétés qui génèrent non seulement des bénéfices, mais aussi produisent une forme d'inclusion de la communauté pour ceux qui souffrent à cause de la pauvreté.

     Les pratiques des entreprises de l’Economie de Communion ont suscité un intérêt sur les aspects scientifiques notamment en ce qui concerne la création d'une  perspective théorique dans le dialogue avec la culture contemporaine et civile, l’économie solidaire et sociale.

    Depuis ses débuts, l'EdC a travaillé sur un large programme éducatif afin de propager une nouvelle économie et culture entrepreneuriale ; celle de communion, parmi les plus jeunes générations.

     L’économie de communion s’adresse à tous, et en premier lieu aux entrepreneurs, qui conçoivent et vivent leur entreprises comme une vocation au service du bien commun et pour réintégrer tous ceux que le système a exclu. Il s’agit donc de faire une place prépondérante à la qualité de la relation interpersonnelle au sein de l’entreprise et avec toutes les parties prenantes.

     Elle s’adresse également à tous ceux qui, salariés, consommateurs, étudiants…, s’engagent à divers niveaux à promouvoir une culture économique caractérisée par les relations de communion, la gratuité et la réciprocité proposant et vivant ainsi une alternative au style de vie dominant dans le système individualiste.

Share on Myspace